Bienvenue sur le blog du partage
  • Accueil
  • > RESUMES DE LECTURES
  • > RESUME DE LECTURE DE LA SEMAINE DU 13 DECEMBRE 2010: LES SANGLOTS POLITIQUES DE Edgard Okiki ZINSOU

RESUME DE LECTURE DE LA SEMAINE DU 13 DECEMBRE 2010: LES SANGLOTS POLITIQUES DE Edgard Okiki ZINSOU
14 décembre, 2010, 11:37
Classé dans : RESUMES DE LECTURES

Titre de l’œuvre :                                LES SANGLOTS POLITIQUES

Nature de l’œuvre :                            Roman, Editions ONEPI, les Editions du Flamboyant Décembre 1995 ; 291 pages.

 

edgardokikizinsou.jpg

Auteur de l’œuvre :                           Edgard Okiki ZINSOU

Nationalité de l’auteur :                     Béninoise

RESUME

Rokambo est un pays où le Général Dada Voudou 1er règne en maître. Un jour, il alla haranguer les populations de la sous-préfecture de Tangbo et se heurta à une désapprobation de la part d’un paysan téméraire à propos de son premier conseiller M. Drogo. En effet, M. Drogo est un membre influent du parti unique. Très rusé et très subtile, il a gravi les marches de la pyramide politique quatre à quatre, passant ainsi de moniteur agricole à sous-préfet, préfet, ministre des transports, ministre de l’information, ministre de l’intérieur. Il savait ravir les postes à l’aide de sabotage et faisait vraiment le chien couchant au président. Il trouvait les idées les plus originales pour faire asseoir la dictature du Général Dada Voudou 1er.

Il séduisait toutes les filles et opérait des nominations anarchiques car il était lui-même sans compétences réelles : il n‘avait que le certificat d’études primaires. C’est ainsi qu’il essaya de séduire Léopoldine, une dactylographe nouvellement mutée dans le ministère. Malheureusement, elle était mariée à Macaire, un ingénieur agronome et ni argent, ni promotion, ne la feront faiblir. Elle alla jusqu’à gifler le ministre qui voulait conquérir ses charmes. Ce geste a valu à Macaire de se retrouver dans une prison et d’être torturé sa raison. Céline aussi a osé refuser et son fiancé Rolland a été kidnappé, emprisonné et torturé.

Ainsi était dirigé le pays. Les fonctionnaires depuis six mois n’étaient pas payés. Le mécontentement se généralisa et un jour, alors que le Président et sa suite étaient absents pour sept semaines, un soulèvement général éclata.

Alors Dada Voudou 1er changea d’idéologie et convoqua une conférence nationale. Heureusement Dada Voudou 1er accepta les décisions de la conférence nationale qui dissolvait le parti de République Socialiste de Rokambo. Un premier ministre fut élu pour assurer la transition au seuil de laquelle il posa sa candidature pour devenir président. Il fut élu. Mais pendant les campagnes, M. Drogo avait changé de camp si bien qu’après les élections, il fut nommé premier conseiller du nouveau président. Cette nomination fit un tollé général à Rokambo. Ayant fait le chien couchant pendant plusieurs mois pour obtenir encore un nouveau poste ministériel dans le nouveau gouvernement, il n’obtint pas gain de cause. Son parti vira dans l’opposition. Le Président le vira de son poste de premier Conseiller. Il retourna alors à son poste de moniteur agricole. Ses ressources s’étaient considérablement amenuisées quand Rosemonde, sa maîtresse vint lui annoncer qu’elle attendait un enfant de lui. C’était le huitième.

Il n’avait pas fini de préparer le trousseau lorsque le destin lui porta le coup de grâce. Il venait d’être interpelé pour répondre devant la commission de moralisation de la vie publique.

INTERET DE L’OUVRAGE

« Les sanglots politiques » invite à la réflexion sur la manière dont les pays africains sont gérés. Il dénonce des mots comme la dictature, la gabegie, la mauvaise gouvernance, la transhumance politique…

Il met surtout en garde contre la récurrence de ces pratiques odieuses en ces termes : «M. Drogo est parti… Il reste sans doute encore des milliers de M. Drogo tapis dans l’ombre, naseaux au vent, guettant la bonne direction du vent, prêts aussi à éclater en sanglots politiques. Dada Voudou 1er est parti… Il reste encore d’autres Dada Voudou pour toujours prêter l’oreille aux flatteries et croire aux larmes de crocodiles. Il faut alors dépoussiérer les consciences sinon le jour dont nous avons tant rêvé risque de ne jamais se lever. »

Notes de Maurice ZANNOU, mars 2003.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Inspiration sans Nom |
andreana's heart shaped box |
une prof pour ses élèves |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Fables de Chabreh
| impressionsexpressions
| L'itinéraire égaré