Bienvenue sur le blog du partage

RESUME DE LECTURE DE LA SEMAINE DU 08 AOUT 2011: Le corps à corps de BUCHI EMECHETA
9 août, 2011, 11:37
Classé dans : RESUMES DE LECTURES

Titre de l’œuvre :                 Le corps à corps

Nature de l’œuvre :              Editions UNESCO/ Editions l’Harmattan, mars 1999, 89 p.

buchiemecheta.jpg

Auteur de l’œuvre :              BUCHI EMECHETA

Nationalité de l’auteur :      Nigériane

RESUME:

Okei, Nduka et Oche sont des amis qui appartiennent au même groupe d’âges : les Umu Aya Biafra c’est-à-dire la génération née durant la guerre du Biafra au Nigéria. Nduka est amoureux de Joséphine et les trois amis sont allés sur la route d’Akpei le village d’à côté où les filles s’était rendues au marché vendre des bananes plantains. Mais les filles avaient fini le marché plus tôt et étaient en train de se laver lorsque les garçons arrivèrent. Ils se dissimulèrent à quelques dizaines de mètres et entendirent tout ce que disaient les filles. Ils apprirent alors que les garçons d’Akpéi affirmèrent que ceux de Igbuno s’attaquaient à leurs vieux et les volaient. Ces propos rendirent furieux les trois garçons, surtout Okéi le meneur. Les insinuations de Kwutelu, une fille de 17 ans, cultivée, achevèrent de verser Okéi.

Le père d’Okéi, l’obi Agiliga était allé au champ pour récolter les ignames avec ses ouvriers et un de ses jeunes enfants Onuoha. Il fut visité pas son ami Obi Owechue du village voisin Akpei. Le visiteur était venu se plaindre des comportements de Okéi son neveu (et sa clique) qu’il espérait voir au champ avec son oncle. Certains jeunes auraient pêché dans une rivière interdite et saccagé la pâte de manioc que les femmes y avaient trempé.

Sans en piper mot à son oncle, Okéi fit gongonner après que ce dernier est allé au champ. Le soir, de nombreux jeunes s’étaient rassemblés devant la concession d’Obi Agiliga. Au cours de cette réunion, Okéi fut élu chef du groupe d’âge et il fut décidé de répondre aux jeunes d’Akpei en les affrontant dans une lutte traditionnelle. Le groupe désigna Okéi et Nduka pour s’entraîner à la lutte et le jeune paysan Ogbeukwu pour aller défier les grandes gueules d’Akpei. Obi Agiliga, revenu des champs, ne pouvait rien contre la réunion. Il prit la résolution de dire un mot aux anciens d’Igbuno.

Nduka et Okéi s’entraînaient sur le chemin de la rivière. Les filles les surprirent et Kwutelu commença pas se moquer d’eux. Elle affirma que les garçons d’Akpéi les qualifiaient de voleurs de poisson. Irrité, Okéi la menaça. Il avoua que s’il connaissait les voleurs, ils les enverraient voler à la concession. Il voulut même porter la main sur elle mais Nduka l’en dissuada.

Lorsque son père, Obi Oju revint des champs, Kwutelu lui raconta tout sur les menaces de Okéi. Il alla se coucher lorsque Kwutelu resta tard dans la cour avec ses futurs beaux frères. Lorsqu’elle rentra dans la chambre, Obi Oju crut voir dans l’obscurité, Okéi venu mettre sa menace à exécution. Il prit son couteau, se jeta sur la silhouette et lui trancha une oreille avant de se rendre compte que c’était sa propre fille.

Des jours après l’incident, les filles allèrent au marché Eké avec leurs régimes de banane. Mais à leur grande surprise, elles ne vendirent rien. Elles rentrèrent à Igbuno après avoir jeté une partie de leur banane. Révoltées, elles prirent la décision de soutenir les garçons d’Igbuno. De leur côté, frustrés pas le boycott des jeunes de Akpéi, ils décidèrent d’en finir avec eux. Ils se firent aider par Obi Agiliga qui prodigua beaucoup de conseils sur la lutte à Okéi et l’initia aux meilleures techniques. Le jour du combat, Okéi rencontra un jeune homme plus trapu et un peu plus âgé que lui. Il le terrassa mais les habitants d’Akpéi prétextèrent que pour un combat annuel, on ne pouvait décider de la victoire par une seule lutte entre deux personnes. Ils proposèrent un autre garçon qui dans un premier corps à corps, terrassa Okéi puis Nduka. Ce ne fut qu’au cours de la revanche que Okéi gagna. Kwutelu vint le féliciter mais une fille d’Akpéi se moqua de son oreille en plastique. Une bagarre générale éclata. Ce fut Obi Agiliga et les autres Obis qui arrêtèrent les dégâts. Mais ils ont été satisfaits des résultats qu’ils ont obtenus car ils ont réussi à manipuler les filles pour organiser ce corps à corps afin d’occuper les Umu Aya Biafra qui depuis quelques mois, tapèrent sur les nerfs de tout le monde. Ils ont été surtout satisfaits de faire comprendre aux jeunes que dans une bonne guerre, il n’y a pas de vainqueur.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Inspiration sans Nom |
andreana's heart shaped box |
une prof pour ses élèves |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Fables de Chabreh
| impressionsexpressions
| L'itinéraire égaré